fbpx

During his visit to Bern last week, the Burkinabe Minister of Industry, Trade and Handicrafts, Mr  Harouna Kaboré has marked his disagreement with the “Popular Initiative for Responsible  Multinationals” that will be submitted to a vote in Switzerland on November 29th. According to  Minister Harouna Kaboré, the adoption of this Initiative would cause "serious socio-economic problems" in Burkina. 

Easy Read - Download Communiqué

Detailed - Download Communiqué

In a detailed Statement (available here), CERDE and ACCA condemn the stance of the Burkinabe Minister that contradicts the official positions of Burkina Faso regarding the respect by multinational companies of human rights and the environment. The position made by Mr Harouna  Kaboré calls into question Burkina Faso's international commitments regarding environmental protection and human rights and affects the image and international respectability of the country. 

The CERDE and ACCA would like to highlight the real negative impact that the conduct of certain multinational corporations and other business enterprises have on human and people’s rights and the environment. In the context of the mining boom in Burkina Faso, extractive activities have given rise to several environmental and human rights issues affecting the life and livelihood of local communities as well as workers' rights. In recent years, this has caused tensions and unfortunate incidents between local communities and mining companies. These problems have been pointed out by civil society organisations on numerous occasions, including during the universal periodic review within the United Nations. 

The CERDE and ACCA welcome the commitment of the government of Burkina Faso to protect the rights of its citizens and want this commitment to be strongly translated into facts. We assume that the unfortunate take of Minister Harouna Kaboré in no way constitutes Burkina Faso's official position on this issue. Our two organisations encourage the government to reassure civil society and the people of Burkina in their struggle for more social justice and progress and a responsible way of doing business.

The Centre d’Etudes et de recherches en droit de l’environnement (CERDE) is a Burkinabe based  association that focuses on environnemental issues. The CERDE collaborates with ACCA,  contact@cerde-bf.com Tel. 00226 25654227. 

The African Coalition for Corporate Accountability is the largest coalition of African civil society  (over 140 organisations) working on business and human rights issues. ACCA sits at the Center  for Human Rights at the University of Pretoria in South Africa. To contact the ACCA Secretariat:  projects@accahumanrights.org


FR: Communiqué du Centre d’Etudes et de Recherches sur le Droit de l’Environnement (CERDE)  et de l’African Coalition for Corporate Accountability (ACCA) relatif à la récente prise de  position du ministre burkinabé du Commerce au sujet de l’initiative suisse pour des  multinationales responsables 

Le ministre burkinabé de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, M. Harouna Kaboré était en  visite à Berne la semaine dernière, pour marquer son opposition à l’« Initiative populaire pour  des multinationales responsables » soumise à votation en Suisse le 29 novembre prochain. Selon  le ministre Harouna Kaboré l’adoption de cette Initiative causerait « des problèmes  socioéconomiques graves » au Burkina. 

Télécharger le communiqué

Télécharger la déclaration

Dans une déclaration détaillée (accessible ici), le CERDE et ACCA condamnent cette attitude du  ministre Burkinabé qui contredit les positions officielles du Burkina Faso sur le respect par les  entreprises multinationales des droits humains et de l’environnement. Cette sortie constitue  également une remise en cause des engagements internationaux du Burkina Faso en matière de  protection de l’environnement et des droits humains, affectant ainsi l’image et la respectabilité  internationale du pays. 

Le CERDE et ACCA tiennent à rappeler l’évidence que représentent les méfaits de l’activité de  certaines multinationales sur les droits humains et l’environnement. C’est le lieu de rappeler que  dans le contexte du boom minier que connait le Burkina, l’activité extractive a suscité une série  de problèmes liées au respect de l’environnement, à la (sur)vie des communautés locales ainsi  qu’au respect des droits des travailleurs. Cela a occasionné ces dernières années des tensions et  incidents malheureux entre communautés locales et entreprises minières. Ces problèmes ont été  pointés du doigt par la société civile burkinabé à maintes reprises, y compris lors de l’examen  périodique universel dans le cadre des Nations Unies.  

Le CERDE et ACCA saluent l’engagement des autorités Burkinabé à protéger les droits des  citoyens et souhaitent que cet engagement soit traduit de manière forte dans les faits.  Considérant que la sortie malheureuse du ministre Harouna Kaboré ne constitue en aucun cas la  position officielle du Burkina sur cette question, nos deux organisations encouragent le  gouvernement à communiquer pour rassurer la société civile et les populations burkinabé  désireuses de plus de progrès, de justice sociale et davantage de responsabilité dans l’activité  des acteurs économiques privés.


Le Centre d’Études et de Recherches sur le Droit de l’Environnement (CERDE) est une association  de Droit Burkinabè spécialisée sur les questions environnementales. Le CERDE est une  organisation qui collabore avec ACCA, contact@cerde-bf.com Tel. 00226 25654227. 

African Coalition for Corporate Accountability est la plus grande coalition de la société civile  africaine (plus de 130 organisations) intervenant sur les sujets relatifs aux entreprises et aux  droits humains. ACCA est basée au Centre for Human Rights à l’Université de Pretoria en Afrique  du Sud. Pour contacter le Secrétariat d’ACCA : projects@accahumanrights.org

  • Premium
  • Standard Compliant Channels
  • $100
  • Completely synergize resource taxing relationships via premier market
  • 10 GB of space
  • Support at $15/hour
  • Sign Up

During his visit to Bern last week, the Burkinabe Minister of Industry, Trade and Handicrafts, Mr  Harouna Kaboré has marked his disagreement with the “Popular Initiative for Responsible  Multinationals” that will be submitted to a vote in Switzerland on November 29th. According to  Minister Harouna Kaboré, the adoption of this Initiative would cause "serious socio-economic problems" in Burkina. 

Easy Read - Download Communiqué

Detailed - Download Communiqué

In a detailed Statement (available here), CERDE and ACCA condemn the stance of the Burkinabe Minister that contradicts the official positions of Burkina Faso regarding the respect by multinational companies of human rights and the environment. The position made by Mr Harouna  Kaboré calls into question Burkina Faso's international commitments regarding environmental protection and human rights and affects the image and international respectability of the country. 

The CERDE and ACCA would like to highlight the real negative impact that the conduct of certain multinational corporations and other business enterprises have on human and people’s rights and the environment. In the context of the mining boom in Burkina Faso, extractive activities have given rise to several environmental and human rights issues affecting the life and livelihood of local communities as well as workers' rights. In recent years, this has caused tensions and unfortunate incidents between local communities and mining companies. These problems have been pointed out by civil society organisations on numerous occasions, including during the universal periodic review within the United Nations. 

The CERDE and ACCA welcome the commitment of the government of Burkina Faso to protect the rights of its citizens and want this commitment to be strongly translated into facts. We assume that the unfortunate take of Minister Harouna Kaboré in no way constitutes Burkina Faso's official position on this issue. Our two organisations encourage the government to reassure civil society and the people of Burkina in their struggle for more social justice and progress and a responsible way of doing business.

The Centre d’Etudes et de recherches en droit de l’environnement (CERDE) is a Burkinabe based  association that focuses on environnemental issues. The CERDE collaborates with ACCA,  contact@cerde-bf.com Tel. 00226 25654227. 

The African Coalition for Corporate Accountability is the largest coalition of African civil society  (over 140 organisations) working on business and human rights issues. ACCA sits at the Center  for Human Rights at the University of Pretoria in South Africa. To contact the ACCA Secretariat:  projects@accahumanrights.org


FR: Communiqué du Centre d’Etudes et de Recherches sur le Droit de l’Environnement (CERDE)  et de l’African Coalition for Corporate Accountability (ACCA) relatif à la récente prise de  position du ministre burkinabé du Commerce au sujet de l’initiative suisse pour des  multinationales responsables 

Le ministre burkinabé de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, M. Harouna Kaboré était en  visite à Berne la semaine dernière, pour marquer son opposition à l’« Initiative populaire pour  des multinationales responsables » soumise à votation en Suisse le 29 novembre prochain. Selon  le ministre Harouna Kaboré l’adoption de cette Initiative causerait « des problèmes  socioéconomiques graves » au Burkina. 

Télécharger le communiqué

Télécharger la déclaration

Dans une déclaration détaillée (accessible ici), le CERDE et ACCA condamnent cette attitude du  ministre Burkinabé qui contredit les positions officielles du Burkina Faso sur le respect par les  entreprises multinationales des droits humains et de l’environnement. Cette sortie constitue  également une remise en cause des engagements internationaux du Burkina Faso en matière de  protection de l’environnement et des droits humains, affectant ainsi l’image et la respectabilité  internationale du pays. 

Le CERDE et ACCA tiennent à rappeler l’évidence que représentent les méfaits de l’activité de  certaines multinationales sur les droits humains et l’environnement. C’est le lieu de rappeler que  dans le contexte du boom minier que connait le Burkina, l’activité extractive a suscité une série  de problèmes liées au respect de l’environnement, à la (sur)vie des communautés locales ainsi  qu’au respect des droits des travailleurs. Cela a occasionné ces dernières années des tensions et  incidents malheureux entre communautés locales et entreprises minières. Ces problèmes ont été  pointés du doigt par la société civile burkinabé à maintes reprises, y compris lors de l’examen  périodique universel dans le cadre des Nations Unies.  

Le CERDE et ACCA saluent l’engagement des autorités Burkinabé à protéger les droits des  citoyens et souhaitent que cet engagement soit traduit de manière forte dans les faits.  Considérant que la sortie malheureuse du ministre Harouna Kaboré ne constitue en aucun cas la  position officielle du Burkina sur cette question, nos deux organisations encouragent le  gouvernement à communiquer pour rassurer la société civile et les populations burkinabé  désireuses de plus de progrès, de justice sociale et davantage de responsabilité dans l’activité  des acteurs économiques privés.


Le Centre d’Études et de Recherches sur le Droit de l’Environnement (CERDE) est une association  de Droit Burkinabè spécialisée sur les questions environnementales. Le CERDE est une  organisation qui collabore avec ACCA, contact@cerde-bf.com Tel. 00226 25654227. 

African Coalition for Corporate Accountability est la plus grande coalition de la société civile  africaine (plus de 130 organisations) intervenant sur les sujets relatifs aux entreprises et aux  droits humains. ACCA est basée au Centre for Human Rights à l’Université de Pretoria en Afrique  du Sud. Pour contacter le Secrétariat d’ACCA : projects@accahumanrights.org